Les lignes à haute tension peuvent devenir l’un des éléments les plus pertinents pour améliorer la connectivité des espèces entre les différents habitats naturels, une valeur jusqu’ici inconnue et révélée grâce au chercheur de la Station biologique de Doñana (CSIC) Manuela de Lucas et au Professeur Miguel Ferrer. L’étude “Identification et diagnostic des lignes de transport d’énergie comme tremplin pour la faune” a été présentée en septembre dernier au IIIe Congrès international sur la migration des oiseaux et le changement climatique.

Les travaux ont été réalisés entre 2008 et 2012 dans trois zones définies de deux lignes électriques de la province de Cordoue afin de déterminer si les supports de lignes peuvent servir de “tremplins” pour différentes espèces animales. Comme le souligne Lucas : ” Nous avons constaté une augmentation significative de la diversité et de l’abondance des oiseaux en comparant la zone revégétalisée avec les zones témoins. Nous avons également observé une densité plus élevée d’invertébrés et de petits mammifères là où nous avions placé ces abris.

Les espèces d’arbustes indigènes de la région ont été replantées, en plus de créer des refuges pour la faune.
De Lucas souligne également que, jusqu’à présent, l’utilisation de ces infrastructures pour promouvoir la biodiversité n’avait pas été étudiée. “Les supports (points culminants) des lignes à haute tension, qui occupent un espace entre 80 et 90 m2, terrain inutilisé, peuvent être revégétalisés, au centre, avec des espèces indigènes, en plus de pouvoir placer des structures en pierre qui peuvent servir d’abri aux animaux.

De cette façon, une connectivité est créée, des “corridors écologiques” et des zones de refuge qui garantissent la possibilité de dispersion et de flux génétique, fondamentaux pour éviter l’extinction. Les lignes à haute tension de Red Eléctrica constituent actuellement le plus grand réseau d’interconnexions potentielles entre les zones d’intérêt naturel et le réseau Natura 2000 de la péninsule ibérique et le reste de l’Europe. C’est pourquoi elle représente pour l’entreprise une responsabilité et un défi qui s’inscrit déjà dans sa stratégie de conservation de la biodiversité.

Plan de la biodiversité

Depuis 2017, Red Eléctrica s’est doté d’un plan d’action en faveur de la biodiversité (en vigueur depuis cinq ans), avec des objectifs et des actions budgétisés à plus de huit millions d’euros. A noter l’intégration de nouvelles approches et de nouveaux concepts avec la promotion de l’innovation appliquée aux solutions de conservation ; la promotion de leur gestion dans les filiales du groupe et le transfert de l’engagement vers la chaîne d’approvisionnement ; la compatibilité des installations du réseau de transport avec la biodiversité et les habitats à haute valeur écologique ; la promotion de la participation active aux projets de conservation de la biodiversité et la promotion de la communication du positionnement dans ce domaine.

En 2014, l’entreprise a reçu le prix européen de l’environnement des entreprises 2014 (Business and Biodiversity) pour son projet “Cartographie des couloirs de vol”, un système d’information géographique (SIG) national sans précédent qui intègre les données des couloirs de vol des oiseaux pour minimiser l’incidence des nouvelles lignes électriques sur les oiseaux et établir des priorités dans les actions correctives sur les lignes existantes.

Plus de news business :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici