Le Canada et les États-Unis ont conclu, avec le Mexique, un pacte sur un nouvel accord commercial modernisé pour le XXIe siècle.

Après des mois de négociations difficiles, le Canada, les États-Unis et le Mexique ont finalement conclu un accord commercial qui remplacera l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

“Aujourd’hui, le Canada et les États-Unis ont conclu, avec le Mexique, un pacte sur un nouvel accord commercial modernisé pour le XXIe siècle : l’accord États-Unis-Mexique-Canada (USMCA) “, ont déclaré conjointement le représentant américain au Commerce extérieur, Robert Lighthizer, et la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland dans une déclaration.

L’objectif est que les dirigeants des trois pays nord-américains signent le pacte avant la fin novembre. “L’USMCA donnera aux travailleurs, aux agriculteurs, aux éleveurs et aux entreprises un accord commercial de haute qualité qui se traduira par des marchés plus libres, un commerce plus sûr et une croissance économique plus robuste dans notre région “, affirme le mémoire.

La note ajoute que le pacte renforcera la classe moyenne et créera “de bons emplois bien rémunérés et de nouvelles possibilités” pour quelque 500 millions de personnes “qui vivent en Amérique du Nord.

M. Lighthizer et M. Freeland ont déclaré qu’ils souhaitent approfondir les liens économiques étroits de leur pays lorsque l’accord entrera en vigueur. “Nous tenons à remercier le Secrétaire mexicain à l’économie, Ildefonso Guajardo, pour son étroite collaboration au cours des treize derniers mois “, conclut le texte.

Lors d’une conférence de presse téléphonique, de hauts responsables de l’administration américaine, qui ont demandé l’anonymat, ont expliqué que le texte de l’accord sera publié dans les prochaines heures.

Un représentant des États-Unis a insisté sur le fait qu’ils devaient publier le texte du nouveau traité, que ce soit seulement avec le Mexique ou avec le Canada, avant le 30 septembre, afin de satisfaire à l’obligation d’aviser le Congrès américain et de permettre au président mexicain Enrique Peña Nieto de le signer avant de quitter ses fonctions en décembre.

Le nouvel arrangement ” rééquilibrera nos relations commerciales avec le Mexique et le Canada “, a déclaré un responsable américain, qui a souligné qu’il établira de nouvelles règles sur l’origine des véhicules.

Les règles d’origine des automobiles établissent un certain pourcentage sur les composants des véhicules qui doivent être fabriqués par les pays participant à l’accord, afin d’éviter les tarifs.

Les nouvelles normes stipulent qu’au moins 75 % des composants automobiles doivent être fabriqués en Amérique du Nord, comparativement aux 62,5 % établis par l’ALENA, et qu’entre 40 et 45 % des véhicules devront être produits par des travailleurs gagnant au moins 16 $ l’heure.

Le Canada réduit ses exportations d’automobiles

Le représentant des États-Unis a expliqué que le pacte offre également aux producteurs laitiers américains un meilleur accès au marché canadien. De plus, le Canada a accepté de réduire ses exportations d’automobiles vers le territoire américain.

Il comprend également de nouvelles dispositions sur le commerce numérique et la propriété intellectuelle, selon la source.

“Cela va être réel et cela va changer la vie des gens, cela va rendre l’économie américaine plus forte et meilleure “, a déclaré le responsable, qui a rappelé que le nouvel accord sera révisé tous les six ans, ce qui permettra à Washington ” une nouvelle forme significative d’avantage ” pour faire en sorte que le pacte lui bénéficie.

Cela va être réel et cela va changer la vie des gens, cela va rendre l’économie américaine plus forte et meilleure.

Le fonctionnaire a ajouté que le pacte représente “un modèle pour le manuel de stratégie de l’administration Trump pour les futurs accords commerciaux”, car, a-t-il dit, il est conçu pour renforcer l’économie du pays.

L’ALENA, en vigueur depuis 1994 entre le Mexique, le Canada et les États-Unis, représente un milliard de dollars par année en échanges entre les trois pays, mais a subi un processus de renouvellement pendant des mois après l’arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump, qui l’avait qualifié de catastrophe.

À la fin du mois d’août, les États-Unis et le Mexique ont conclu un accord bilatéral préliminaire, auquel le Canada n’avait pas encore adhéré.

Les principaux obstacles entre Washington et Ottawa étaient centrés sur le mécanisme de règlement des différends, que le Canada jugeait essentiel de maintenir compte tenu de l’intérêt des États-Unis à le démanteler ou du moins à le diluer, et sur l’accès accru des États-Unis au marché laitier canadien.

En vertu du nouveau pacte, ce mécanisme de règlement des différends sera révisé et comprendra un ” règlement ” qui permettra au Canada de se protéger si les États-Unis continuent de menacer d’imposer une taxe sur les véhicules importés.

Plus de news business :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici