Comment faire un business plan en Suisse ?

- Advertisement -

Le business plan est un élément essentiel pour structurer votre projet de création d’entreprise. Il permet notamment d’identifier les opportunités ainsi que les éventuels obstacles à surmonter. Ce document vous aidera aussi à présenter rapidement votre idée commerciale aux investisseurs, collaborateurs ou associés potentiels. Il doit toutefois être adapté au contexte pour convaincre vos futurs interlocuteurs. 

Pourquoi faire un business plan quand on est domicilié en Suisse ?

En misant sur votre intuition, vous n’aurez pas besoin de vous demander comment faire un business plan suisse. Ce document est d’ailleurs facultatif. Cependant, une telle décision risque de compromettre l’avenir de votre entreprise. Vous pouvez éventuellement improviser un plan d’affaires à la demande d’une banque ou d’un futur partenaire. Votre manque de préparation sera toutefois un sérieux handicap.

Vous devez généralement faire un business plan pour demander un crédit bancaire, une subvention ou autre financement externe. Cet outil de pilotage est également indispensable pour inciter des associés potentiels à rejoindre votre société. Dans tous les cas, il permettra d’avoir un aperçu du passé, du présent et du futur de votre projet entrepreneurial. 

Pour la Suisse en particulier, le business plan est incontournable pour bénéficier des mesures de soutien aux entreprises. Il permettra de mieux connaître votre activité, puis d’évaluer son potentiel et ses perspectives. Ce document sera aussi exigé par les financeurs potentiels pour étudier votre projet et vérifier votre fiabilité. 

Pourquoi faire un business plan quand on est domicilié en Suisse ?
Source : Peter Stein / Shutterstock

Le contenu du business plan suisse est-il différent du business plan français ?

Les bases sont les mêmes qu’en France, si vous souhaitez savoir comment faire un business plan suisse. Vous pouvez donc utiliser les modèles que vous connaissez en veillant à orienter le contenu vers le lecteur. Cependant, l’appréciation de la longueur est assez différente pour les opérateurs économiques du pays. 

Par exemple, les banques déplorent souvent l’absence de scénarios différents dans les projections des plans d’affaires. Elles préfèreraient voir les résultats optimistes, moyens et mauvais. Pourtant, le business plan suisse compte déjà entre 10 et 40 pages, en suivant les conseils des accompagnateurs. Avec ces scénarios alternatifs, le contenu sera encore plus long par rapport à un business plan financier

Vous devez par ailleurs développer davantage votre concept, expliciter vos intentions et formuler clairement votre demande de financement. De plus, évitez de bâcler ou d’omettre les parties essentielles, à savoir :

  • La synthèse du document ou « executive summary » ;
  • L’historique du concept (origine, ébauche, révision…) et de l’équipe (CV) ;
  • La présentation de l’offre (activité, objectif, élément différenciant…) ;
  • La description du marché (concurrence, offres similaires, positionnement…) ;
  • La stratégie de communication et de vente (marketing, distribution, prix…) ;
  • Le planning du projet ;
  • Les comptes prévisionnels.

Enfin, prévoyez des annexes pour les statistiques et les résultats d’étude de marché afin de montrer votre niveau d’engagement. Ces compléments sont particulièrement importants pour faire un business plan en Belgique ou à destination d’un investisseur exigeant. 

Le contenu du business plan suisse est-il différent du business plan français ?
Source : Murat Can Kirmizigul / Shutterstock

Une recherche de financement facilitée ?

Dans tous les cantons, vous trouverez rapidement un accompagnateur pour vous montrer comment faire un business plan suisse. La Confédération propose en effet un programme de soutien national pour les indépendants, les TPE et les PME. Cette initiative fédérale se traduit par une myriade d’aides et de structures dédiées aux entrepreneurs. 

Pour identifier ces dispositifs, recherchez les organismes et les financements pour KMU (Kleine und mittlere Unternehmen, soit PME en français). Ils sont néanmoins ouverts aux entreprises de toutes les tailles. De plus, vous aurez à votre disposition différents accompagnateurs pour vous épauler sur toutes les étapes du business plan. Selon votre profil, vous pourrez aussi solliciter divers financements comme :

  • Le cautionnement pour PME (accès facilité aux prêts bancaires) ;
  • Le crédit à l’hôtellerie ;
  • Les indemnités et cautionnements pour travailleurs indépendants ;
  • Les subventions Eurostars pour PME investissant en R&D ;
  • Les allégements fiscaux (taux variant selon le canton).

Vous pouvez même envisager le crédit SSF (SECO Start-up Fund), si vous disposez d’une résidence principale suisse. Il s’agit d’un prêt accessible aux investisseurs domiciliés dans le pays et souhaitant soutenir une startup étrangère. Plafonné à 500 000 CHF, ce crédit est géré par le Secrétariat d’État à l’économie (SECO).

Image de couverture eugeniek / Shutterstock

Html code here! Even shortcodes! Replace this with your code and that's it.