Qu’est ce qu’une PME ?

Accueil Entreprise et Business Qu'est ce qu'une PME ?

Pas facile de s’y retrouver avec tous les acronymes existants pour désigner une entreprise, TPE, PME, ETI, GE vous en perdez votre Latin. Si vous réussissez à remettre les mots pour chaque lettre, vous avez beaucoup plus de difficultés à savoir ce qui les différencie. Pas de panique, ce n’est qu’une question de chiffres. Les sociétés sont classées par catégories en fonction du montant de leur chiffre d’affaire (CA) et du nombre de salariés qui y travaille. On parle alors de la taille d’une entreprise. Vous vous intéressez particulièrement aux petites et moyennes entreprises ? Faisons un point sur leurs caractéristiques.

C’est quoi une PME ?

Les PME regroupent les petites et moyennes entreprises. La petite entreprise est une société qui emploie au moins 11 salariés jusqu’au seuil de 49 salariés avec un CA annuel de moins de 10 millions d’euros. La moyenne entreprise quant à elle, dispose de 50 employés jusqu’au seuil de 249 employés et d’un chiffre d’affaire annuel de moins de 50 millions d’euros ou d’un total de bilan en dessous des 43 millions d’euros. La notion de seuil d’effectif est très importante puisqu’elle implique des contraintes sociales et fiscales aux employeurs.

Il s’agit de bien prendre cela en compte dans votre trésorerie si vous souhaitez rester compétitif, mais aussi de ne pas vous brider si vous avez réellement besoin de main d’œuvre. C’est un calcul de bénéfice/risque à prendre en considération.

Coworking : un marché en pleine maturité voué à poursuivre sa croissance

Pour les PME, les passages de seuils sociaux sont de 20 et 50 salariés. Chaque passage implique de nouvelles obligations pour votre établissement, la mise en place d’un règlement intérieur, la création de différents comités, l’acquittement de nouvelles cotisations ou déclarations. Tout ceci demande du temps et de l’argent. Pour ces raisons, les dirigeants rechignent à embaucher du personnel pour éviter de passer ce cap et s’épargner la gestion qui l’accompagne.

Avant de vous affoler, sachez que le décompte d’effectif est une moyenne sur l’année. Il est possible que vous ayez eu besoin de recruter pendant une période donnée, et ainsi, dépasser un seuil sans pour autant faire basculer votre effectif sur l’année entière. Et si vraiment c’est le cas, il existe le lissage de seuils vous permettant d’organiser ces changements sur plusieurs années. 

Comment savoir si une entreprise est une PME ?

Votre entreprise sera considérée comme une PME à partir du moment où vous embauchez plus de 10 salariés et moins de 250 salariés en moyenne sur 12 mois consécutifs. Elle doit également avoir un CA inférieur à 50 millions d’euros ou le total de son bilan inférieur à 43 millions d’euros. Quel que soit votre corps de métier, votre secteur d’activité, que vous ayez une manufacture, une exploitation ou un commerce, si vous remplissez les critères d’effectif et de chiffre d’affaire, vous êtes une PME. 

À des fins statistiques, les TPE (très petites entreprises) de 10 salariés ou moins, aussi appelé microentreprise (MIC) depuis la loi de modernisation de l’économie en 2008, sont souvent rattachées aux PME. On parlera alors de TPE/PME, mais gardez à l’esprit que ce sont bien deux types de sociétés différentes.

Pour que votre entreprise soit considérée comme une PME, les deux conditions du nombre de collaborateurs et du montant de CA annuel ou du bilan doivent être respectées. Si l’une des deux ne correspond pas aux critères énoncés, la société sera reclassée dans la catégorie de son chiffre d’affaire. Par exemple une PME dont le personnel ne dépasse pas 250 personnes, mais dont le CA dépasse les 50 millions d’euros sera répertoriée en tant qu’ETI. 

Comment créer une PME ?

Avant la création de votre PME, vous commencerez par faire une étude de marché pour vous assurer de la viabilité de votre projet d’entreprise. Vous devrez sûrement convaincre les banques de sa rentabilité, donc mieux vaut avoir un business plan solide.

Les établissements financiers ont tendance à être frileux, alors montrez-leur que vous avez une véritable âme d’entrepreneur avec une stratégie efficace. Votre future affaire est rentable, c’est le moment de décider de sa forme juridique, EURL, SARL, SA ou autre, qui déterminera selon votre choix l’investissement dans un capital social ou non. Vous devrez également estimer le nombre de salariés à recruter pour votre projet entrepreneurial.

Passons maintenant aux formalités administratives de la création de votre PME. Le démarrage de votre activité nécessitera l’ouverture d’un compte bancaire au nom de votre société, démarche plutôt simple. Ensuite, ça se complique, pour obtenir votre immatriculation, vous devrez rédiger les statuts de votre société et les déposer au registre du commerce et des sociétés (RCS). Ces statuts récapituleront le fonctionnement, ainsi que les directives de votre entreprise et selon sa forme, des mentions légales obligatoires devront y apparaître. Vous pouvez vous occuper vous-même de la rédaction, mais si vous n’avez aucune connaissance en la matière, mieux vaut faire appel au service d’un avocat. Il ne vous restera plus qu’à passer une annonce dans un journal d’annonces légales (JAL) communiquant la création de votre PME.

 Quelles sont les différentes tailles d’une entreprise ?

Les entreprises se distinguent en 4 catégories différentes, le décret d’application n°2008-1354 de l’article 51 de la loi de modernisation de l’économie définit leur taille.

Tout d’abord la TPE, très petite entreprise ou MIC, microentreprise, mobilise moins de 11 collaborateurs à l’année et présente un CA annuel ou un total de bilan sous la barre des 2 millions d’euros. Pour la MIC, nous parlons bien d’une petite entreprise en fonction de sa taille et non du régime fiscal de la micro-entreprise, bien que le statut d’auto-entrepreneur représente une partie des TPE.

Viens ensuite la PME, petite et moyenne entreprise, constituée d’une équipe de 11 à 249 personnes avec, soit un chiffre d’affaire annuel n’excédant pas 50 millions d’euros, soit un total de son bilan de moins de 43 millions d’euros. Selon l’INSEE, l’institut national de la statistique et des études économiques, les TPE et PME regroupent à l’heure actuelle 99.9 % des entreprises en France et apportent 43 % de la valeur ajoutée.

En troisième position, nous retrouvons l’ETI, entreprise de taille intermédiaire. Elle embauche entre 250 et 4 999 salariés avec un CA inférieur à 1,5 milliard d’euros ou un bilan en dessous des 2 milliards d’euros.

Et la dernière catégorie, la GE, grande entreprise qui emploie 5 000 salariés et plus, un chiffre d’affaire supérieur à 1.5 milliard d’euros et un total bilan au-delà de 2 milliards d’euros.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Praesent Donec justo tempus dapibus ut neque. leo.