Comment faire un business plan en Belgique ?

- Advertisement -

Près de 12 000 entreprises ont fait faillite en Belgique, rien qu’en 2019. De ce fait, les financements sont de plus en plus difficiles à obtenir auprès des banques et autres opérateurs économiques. Les financeurs potentiels sont effectivement plus prudents pour éviter les pertes de capital. Dans ce contexte, vous devez redoubler d’efforts dès la rédaction du business plan pour convaincre ces investisseurs réticents. 

Pourquoi faire un business plan quand on est domicilié en Belgique ?

Il est important de rappeler l’utilité de la démarche avant d’expliquer comment faire un business plan en Belgique. À la base, le plan d’affaires permet de structurer le projet et d’étudier sa faisabilité. Vous devez en effet développer l’idée de départ et anticiper les conditions nécessaires à sa réalisation. De plus, il faudra prendre en compte les spécificités du marché belge dans votre réflexion. 

Après cette étape, vous devez évaluer la rentabilité, la viabilité à moyen terme et la pérennité de l’activité. L’analyse repose sur la confrontation des coûts estimés et des recettes envisagées dans cet environnement économique. Le projet est prometteur, si vous dégagez des marges à partir de chiffres pertinents et réalistes. Autrement dit, vous devez baser les dépenses et les projections sur des données concrètes. 

En suivant les étapes du business plan, vous pourrez convaincre les investisseurs potentiels que votre projet est faisable, rentable et viable. Ce document vous aidera ainsi à répondre à vos besoins de financement. Le plan d’affaires est également une excellente ligne directrice pour gagner la confiance de vos futurs collaborateurs, associés, partenaires, etc. 

Les difficultés à entreprendre en Belgique

Vous avez besoin de connaître l’écosystème local pour apprendre comment faire un business plan en Belgique. Les formes juridiques impliquent, par exemple, un cadre légal spécifique. Or, ce facteur est crucial sur le plan administratif, fiscal et commercial. Les plafonds du régime choisi risquent notamment de freiner l’expansion de l’entreprise. Vous devez ainsi mesurer la portée des statuts juridiques comme :

  • Entreprise individuelle (EI) ;
  • Société simple ;
  • Société Anonyme (SA) ;
  • Société à responsabilité limitée (SRL) ;
  • Société coopérative (SC) ;
  • Société en nom collectif (SNC) ;
  • Société en commandite simple (SCS).

À titre d’information, la SRL est désormais privilégiée aux sociétés pluripersonnelles (SPRL, SPRL unipersonnelle et SPRL Starter). Ces formes juridiques ne sont plus disponibles depuis la réforme de mars de 2009. Quoi qu’il en soit, vous devez bien vous informer sur le sujet avant de choisir un statut et de faire un business plan. Ces détails sont en effet décisifs face à des investisseurs particulièrement prudents. 

Le plus grand défi consiste toutefois à anticiper le comportement de consommateurs belges. Pour y arriver, il faudra réaliser une étude de marché approfondie. Les données devront par ailleurs être récentes et détaillées pour éviter les surestimations ou les projections extravagantes. N’oubliez pas que vos interlocuteurs sont familiers avec ce marché ! Votre crédibilité est donc en jeu dès la présentation du projet. 

Pourquoi faire un business plan quand on est domicilié en Belgique ?
Source : Sean Pavone / Shutterstock

Le contenu du business plan belge est-il différent du business plan français ?

Vu les différences réglementaires et fiscales, il est compréhensible de se demander comment faire un business plan Belgique. Cela dit, le contenu est globalement similaire au document utilisé en France. Vous devez seulement vous adapter aux formes juridiques et aux régimes d’imposition du pays. Le plan d’affaires belge est donc censé contenir :

  • Une synthèse des spécificités du projet (executive summary) ;
  • Une brève description de l’activité prévue ;
  • Une présentation du porteur de projet et de l’entreprise créée ;
  • Une justification des choix administratifs et fiscaux (statuts juridiques, régimes sociaux, système d’imposition, etc.) ;
  • Un aperçu du marché visé (clients cibles, offre disponible, concurrence, etc.) ;
  • Des précisions sur le business model et la stratégie commerciale envisagée ;
  • Un plan financier global (ressources, besoins, comptes prévisionnels…).

Au-delà du contenu, vous devez toutefois vous montrer plus convaincant sur ce territoire. Le marché en lui-même n’est pas particulièrement compliqué à pénétrer. Vous constaterez toutefois un écart significatif par rapport à un entrepreneur voulant faire un business plan en Suisse. Contrairement aux autres pays européens, la Belgique se révèle plus difficile pour la recherche de financements.

Image de couverture beast01 / Shutterstock

Html code here! Even shortcodes! Replace this with your code and that's it.