Comment faire un business plan pour une startup ?

- Advertisement -

Un business plan permet d’étudier les contours et la viabilité d’une entreprise à sa création. Grâce à cet outil, le porteur de projet pourra lancer et gérer efficacement son activité. Le document aide par ailleurs à évaluer les besoins de financement et le rendement potentiel de l’établissement. Il s’agit ainsi d’un grand allié des startups pour convaincre les futurs investisseurs ou encore les jurys d’un concours. 

Pourquoi rédiger un business plan pour une startup ?

Une startup se définit couramment comme étant une entreprise à fort potentiel de croissance. Ce type de structure se reconnaît entre autres par un concept prometteur et un marché porteur. Concrètement, l’entrepreneur dispose d’une idée pouvant être industrialisée et exploitée à grande échelle. Cependant, il se trouve encore au début du parcours entrepreneurial avec des ressources limitées. 

Un business plan de startup permettra ainsi d’anticiper et de guider ce changement d’échelle propre aux jeunes pousses. En effet, ces acteurs sont potentiellement capables de générer un chiffre d’affaires en hausse continue. Ce phénomène implique toutefois une augmentation du coût de gestion. Il faut donc prévoir cette évolution dès la conception du modèle économique. 

Pour rappel, une startup n’est pas dans l’obligation de faire un business plan. Ce document est d’ailleurs facultatif pour toutes les entreprises. Il est néanmoins utile pour avoir une vision globale du projet en cours de concrétisation. Par conséquent, cet outil d’analyse est souvent réclamé par les investisseurs potentiels (business angel, banques, hedge funds, etc.). 

Avant d’accorder un prêt, les établissements de crédit exigent aussi une présentation du projet, des acteurs impliqués et des projections financières. Cette étape permettra d’évaluer la fiabilité de l’entrepreneur et la rentabilité de l’investissement. Dans la pratique, à quoi sert un business plan pour une startup ? Ce document aidera à :

  • Démontrer la faisabilité du projet et sa solidité sur le plan financier ;
  • Anticiper les contraintes liées à l’activité et à fournir les solutions envisagées ;
  • Inciter les investisseurs potentiels à financer l’entreprise ;
  • Convaincre les organismes de crédit à débloquer les fonds demandés ;
  • Bénéficier des aides publiques prévues pour les créateurs d’entreprise ;
  • Participer à des concours pour les startups ou les entrepreneurs en général.

Outre les échanges externes, le business plan d’une startup s’avère indispensable pour la communication interne. Cette synthèse du projet permet en effet de partager la vision du dirigeant avec ses collaborateurs et associés. De cette manière, tous les membres de l’équipe chercheront à atteindre les mêmes objectifs. Il s’agit également d’une excellente base pour développer l’esprit corporatif du groupe

Pourquoi rédiger un business plan pour une startup ?
Source : GaudiLab / Shutterstock

Quelles sont les étapes d’un business plan pour une startup ?

Dans l’ensemble, le business plan d’une startup est assez similaire aux documents de présentation des autres types d’entreprises. Il comprend notamment l’executive summary, l’analyse du marché, le profil de l’entrepreneur, le plan de financement et les projections financières. Les différences résident surtout dans la préparation de l’exposé et la valorisation des informations communiquées.

Grâce à son potentiel, une startup est promise à dominer son secteur ou, du moins, son segment de marché. Le porteur de projet doit donc réaliser une étude de marché à grande échelle pour construire son business plan. Il a au moins besoin de maîtriser le marché national. Les plus ambitieux devront, quant à eux, mener une analyse à l’international. En tout cas, il faudra se démarquer des autres entrepreneurs

Contrairement au business plan pour un autoentrepreneur, la simplification n’est pas envisageable pour présenter les atouts d’une startup. Il est important de mettre en valeur son ambition et sa vision atypique dès la rédaction du plan d’affaires. Pour ce faire, le créateur d’entreprise doit bien travailler sa stratégie de lancement et de pénétration de marché. Cette démarche requiert également un plan communication et marketing cohérent avec les objectifs du dirigeant. 

Évidemment, les leviers marketing et commerciaux ont un coût non négligeable pour une structure en plein démarrage. L’entrepreneur doit donc préciser et justifier les supports ou les canaux choisis pour sa communication. À travers cette technique, il pourra réajuster ou remplacer les solutions privilégiées pour plus d’efficacité. Cet effort est souvent perceptible à la lecture du business plan. Les investisseurs seront ainsi plus enclins à épauler le candidat et à financer le projet présenté. 

D’autre part, le chef d’entreprise doit évaluer les ressources disponibles et les fonds supplémentaires requis avant d’approcher un investisseur potentiel. Ces informations seront ensuite détaillées dans le plan de financement. En présentant ces chiffres, la startup peut expliquer rapidement ses besoins à ses interlocuteurs. Ces derniers, de leur côté, pourront estimer les risques et les gains potentiels de l’investissement. 

Le plan de financement est aussi important pour un business angel. Il peut en effet organiser une levée de fonds si nécessaire, pour augmenter les capitaux dédiés à la structure. Enfin, le porteur de projet doit prendre le temps de choisir la forme juridique de l’établissement. Les associés renforcent effectivement le capital social, mais réduisent le pouvoir de décision du dirigeant. À l’inverse, l’entreprise individuelle assure un contrôle total de l’activité, mais augmente les risques financiers. De plus, le statut juridique est souvent décisif pour les partenaires potentiels.

Image de couverture : Sunny studio/ Shutterstock

Html code here! Even shortcodes! Replace this with your code and that's it.