Comment calcule-t-on la Valeur actuelle nette (VAN) ?

Accueil Economies et Finances Banque Comment calcule-t-on la Valeur actuelle nette (VAN) ?

Désirez-vous rentabiliser votre investissement ? Vous pouvez devenir actionnaire ou contribuer au financement d’un projet. Afin de connaître la solution qui permet de générer le plus de marges, vous devrez effectuer quelques calculs préliminaires. Découvrez l’utilité de la Valeur actuelle nette (VAN), un indicateur précieux que les entrepreneurs doivent être en mesure d’interpréter.

Quelle est la définition de la VAN ?

Quelle est la définition de la VAN ?
Source : ibreakstock / Shutterstock.com

Servant à apprécier la rentabilité d’un projet, la VAN est considérée comme l’ensemble de la trésorerie disponible qui en résulte. Les free cash-flow actualisés, une fois additionnés, donnent le montant du gain potentiel que rapportera un investissement au fil des années.

Vous devez tenir compte du taux actualisé dépendant des impératifs fixés par les investisseurs en termes de rendement, mais pas uniquement cela. Il est aussi déterminé suivant le taux d’inflation. Cet indicateur permet également de calculer l’écart entre la valeur actuelle des placements financiers et celle du marché.

Dans le détail, les free cash-flow actualisés concernent les flux d’investissement et d’exploitation. Les premiers intègrent le besoin en fonds de roulement et les dépenses liés à l’achat d’équipements. Les seconds portent sur les recettes et les dépenses nécessaires pour lancer l’activité.

Servez-vous d’Excel, des logiciels financiers et des calculateurs pour éviter de vous tromper dans vos calculs ou les accélérer. Quoiqu’il en soit, l’évaluation de la VAN ne relève pas d’une science exacte. Les intéressés doivent anticiper certaines variables qui influent sur cet indicateur (comme le taux d’actualisation).

Comment peut-on calculer la VAN et le TRI ?

Comment peut-on calculer la VAN et le TRI ?
Source :  fizkes / Shutterstock.col

Si vous voulez calculer la VAN de votre investissement, voici la formule :

VAN = – C + R année 1 * (1 + i)-1 + R année 2 * (1 + i)-2 + … + R année n * (1 + i)-n + V *(1 + i)-n

Lorsque certains matériels ou équipements sont revendus après avoir été déclassés, vous pouvez déduire la somme encaissée du capital investi (C). Quant au taux d’actualisation (i), il chiffre le niveau de rentabilité visé par l’entreprise, soit le montant nécessaire pour financer le projet.

Concernant les recettes nettes d’exploitation prévisionnelles (R), elles correspondent à l’excédent brut d’exploitation auquel est soustrait l’impôt sur les sociétés. Il est donc question de la capacité d’autofinancement d’exploitation.

Pour ce qui est de la valeur résiduelle de l’investissement (V), comprenez par-là la recette supplémentaire qui complète le bénéfice d’exploitation durant l’année précédente.

Pour vous assurer que le projet correspond bien aux exigences des bailleurs, calculez également le taux de rendement interne (TRI). En même temps, cet indicateur permet de connaître le point d’équilibre entre les free cash flow actualisés et le capital investi. Vous obtiendrez une approximation du taux actuariel qui rend la VAN nulle.

Sachant que la variable t correspond à la durée de l’investissement, voici la formule :

TRI = (flux entrants / flux sortants) ^ [(1 / t) – 1]

Vous connaissez désormais la différence entre la Van et le TRI.

Pour quelle raison doit-on calculer la VAN ?

Pour quelle raison doit-on calculer la VAN ?
Source : Actsdata studio / Shutterstock.com

Si la VAN est positive, votre projet est considéré comme rentable. Les investisseurs pourront être satisfaits des flux dégagés qui couvriront l’investissement de départ. En revanche, si cette donnée est négative, vous n’aurez aucun intérêt une fois le projet lancé. D’ailleurs, il se peut que les bailleurs refusent de le financer. Ce n’est pas l’unique décision que vous aurez à prendre en évaluant la VAN. Si vous hésitez entre le montage de plusieurs projets, il vous suffira de comparer les chiffres. Retenez l’investissement le plus prometteur.

Toutefois, dans certaines circonstances, vous devrez trouver un terrain d’entente avec les investisseurs. Nombre d’entre eux préfèrent financer deux projets dont la VAN et l’investissement initial. Ils délaisseront celui nécessitant un capital élevé, et ce, même s’il génère une VAN importante.

Afin que votre projet fasse l’unanimité, assurez-vous que le TRI soit supérieur au taux d’actualisation du capital de base. Toujours est-il que la valeur minimale requise dépend de la politique mise en place par chaque bailleur. Pour la plupart des capital-investisseurs, le TRI doit au moins être compris entre 25 et 50 %.

Source image de couverture : aliaksei kruhlenia / Shutterstock.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lorem sit leo. elementum suscipit risus massa tempus ut