Quelle est la prime de risque de liquidité ?

- Advertisement -

La liquidité fait référence à la vitesse à laquelle des actifs peuvent être transformés en argent sans que leur valeur en soit affectée. Le risque de liquidité se concrétise lorsqu’un investisseur ne parvient pas à vendre les titres qu’il souhaite céder. Ceux qui investissent dans des titres peu liquides peuvent bénéficier d’une rémunération supplémentaire : la prime de risque de liquidité. Le point sur ce sujet.

C’est quoi la liquidité bancaire ?

La liquidité bancaire désigne la capacité d’une banque à satisfaire à ses obligations de trésorerie suivant leur échéance. Lorsque les banques sont fortement impliquées dans la négociation d’actifs, la liquidité bancaire correspond à leur capacité à vendre sur les marchés un actif non monétaire tel qu’un titre d’investissement. Elle est dans ce cas également appelée liquidité de marché.

Les autorités chargées de contrôler les banques surveillent de près la liquidité bancaire. Elles ont d’ailleurs mis en place toutes sortes de règles et de ratios pour garantir une gestion optimale du risque de liquidité.

Le risque de liquidité survient lorsque la trésorerie dont dispose un établissement bancaire ne lui permet pas d’honorer ses engagements immédiats envers ses clients ou ses créanciers. Autrement dit, la banque devient insolvable. Une telle situation résulte par exemple d’une impossibilité de refinancement à l’issue d’un krach boursier. Lorsque ce phénomène se produit, le marché sur lequel les banques s’échangent des actifs à court terme pour se financer se gèle. Dans le même temps, les épargnants procèdent à des retraits massifs de cash, mais les banques ne sont pas en mesure de répondre à leur demande.

C'est quoi la liquidité bancaire ?
Source Volodymyr Maksymchuk / Shutterstock

Comment gérer le risque de liquidité ?

Le concept de liquidité est applicable à tous les marchés. Il est ainsi possible de faire face au risque de liquidité dans le cadre d’un investissement dans les cryptomonnaies. Pour un investisseur, il s’agit de l’incapacité à vendre des titres, et ce, même en dessous de leur valeur intrinsèque. Lorsque les potentiels acheteurs pour un titre sont peu nombreux, il est fort probable que le vendeur ne réussisse pas à le liquider. Il est alors dans l’obligation de revoir son prix à la baisse. En dehors des périodes de crise financière, cette situation s’explique par l’étroitesse des marchés.

Pour gérer au mieux le risque de liquidité, il est conseillé de se constituer un portefeuille d’investissement diversifié. Il convient par exemple d’y inclure des actifs comme des actions, des matières premières ou des obligations. Il est aussi possible d’y ajouter des actifs relatifs à un investissement immobilier à Montpellier. Grâce à la diversification, le risque est réparti sur plusieurs catégories d’actifs. Cette stratégie permet donc de le réduire.

Il faut savoir que les différents actifs ne sont pas concernés par le risque de liquidité de la même manière. Il touche dans une moindre mesure les actions cotées sur les marchés sur lesquels le nombre journalier d’échanges de titres est important. En revanche, les actions cotées sur les petits marchés sont plus sujettes au risque de liquidité. Ce dernier est encore plus important pour les actions de sociétés non cotées. Dans ce cas, il incombe au vendeur de chercher un acheteur. En parallèle, il arrive qu’il doive obtenir l’accord des autres actionnaires pour pouvoir vendre ses titres.

Comment gérer le risque de liquidité ?
Source PIC SNIPE / Shutterstock

Qu’est-ce que la prime de risque de liquidité ?

La prime de risque de liquidité est un rendement supplémentaire sur des actifs peu liquides. Cette rémunération n’est pas négociée activement.

Qui peut la toucher ?

La prime de risque de liquidité s’applique notamment aux emprunts à long terme. Par exemple, elle est versée dans le cadre d’une émission obligataire de longue durée. Au cours de cette période, les investisseurs ne peuvent pas accéder à leurs fonds. La prime permet de compenser cette situation.

Cette prime est également attribuée aux investisseurs qui ont misé sur des actifs peu liquides. Elle sert à contrebalancer la difficulté à laquelle ils font face pour les vendre.

Comment la calculer ?

Il existe plusieurs méthodes de calcul de la prime de risque de liquidité. L’une d’entre elles consiste à déterminer le rendement offert par des investissements en actions au cours d’une longue période (au moins 30 ans) et celui des OAT (obligations assimilables du Trésor) sur la même durée. L’écart entre ces deux rendements donne la prime de risque. S’il s’agit du mode de calcul le plus simple, cette méthode présente néanmoins un inconvénient. En effet, la prime passée ne correspond pas forcément à celle qui sera versée dans le futur.

Une autre méthode consiste à calculer la prime en se basant sur le cours des actions à un instant précis et les dividendes anticipés sur une période définie. Ce mode de calcul repose sur le principe que l’espérance de rentabilité pour les investisseurs conditionne la formation des cours du marché. Il s’avère plus fiable lorsqu’il s’agit de déterminer la rentabilité future.

Image de couverture : Andrii Yalanskyi / Shutterstock

Html code here! Even shortcodes! Replace this with your code and that's it.