Il y a quelques temps, le célèbre (et très controversé) impôt sur la fortune (ISF) a complètement disparu pour être remplacé par l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) créé par la loi Macron, actuel Président de la République. Une imposition qui change et qui est parfois difficile à comprendre, de surcroît par les personnes concernées. En ce sens, saviez-vous que la SCPI en assurance-vie est prise en compte ? Découvrez comment et pourquoi cette information est bien pratique.

La SCPI, qu’est ce que c’est ?

Avant toute chose, commençons par le commencement en définissant la SCPI, un terme assez étrange qui ne parle pas forcément, surtout sortit de son contexte. SCPI signifie donc Société Civile en Placement Immobilier, communément appelé “Pierre Papier” est un montage juridique qui permet aux particuliers comme aux professionnels de créer une structure juridique afin de favoriser un bon investissement immobilier.

Le mécanisme de la SCPI est d’investir globalement en plaçant des fonds dans un parc immobilier et pas simplement dans un bien immobilier précis dans le but de s’en sortir avec un taux de rendement conséquent pour disposer de revenus fixes et réguliers. La structure permet également de s’éloigner des traditionnels aléas comme la revente, la location, les états des lieux, la gestion ou encore la localisation.

Fondamentalement, vous n’êtes pas propriétaire d’une SCPI mais seulement investisseur puisque la structure est gérée par une société de gestion réglementée par l’AMF (Autorité des marchés financiers). L’investisseur va donc posséder des parts et touchera un prorata des loyers versés par les autres investisseurs pour une mutualisation totale et un aléa locatif réduit.

Les avantages de la SCPI en assurance-vie

Sur le plan fiscal la SCPI classique, en direct présente quelques inconvénients sur le plan de l’imposition. En effet avec l’imposition à lIFI sur le patrimoine immobilier des particuliers, l’ensemble des revenus issus de la fortune immobilière sont imposés à hauteur de 15,5% en plus de la marge liée à la tranche d’imposition classique. Une donnée qui est intéressante à connaître d’autant plus qu’elle pourrait venir contrecarrer les bénéfices apporter par la SCPI.

Si vous n’avez pas besoin des loyers issus de la SCPI pour votre quotidien, cette entreprise devient alors un vrai bon plan à investir en assurance vie, en effet les parts de la Société seront considérées comme des unités de comptes et ne seront donc pas soumises aux prélèvements sociaux des impôts fonciers. Sur le plan purement fiscal, les retraits de la société auront une fiscalité réduite, assimilés à l’assurance vie et non des parts sociales.

En outre, la cession de parts de scpi en assurance vie n’est pas taxée, de même la plus value n’est pas non plus imposée, ce qui vous garantit une source de revenus intéressante et qui n’est pas à négliger. Petite chose à noter également pour faire la différence entre un investissement dans une SCPI en direct et la SCPI en assurance vie : la souscription de parts en SCPI directement nécessite de respecter un délai de jouissance minimum qui est généralement compris entre 4 et 5 mois. Mais en se tournant vers un investissement SCPI en assurance vie, le délai de jouissance est considérablement diminué puisque de manière générale, les compagnies d’assurance vie, assurent exiger un délai de seulement 1 mois (en particulier en prenant soin de refuser le délai de renonciation imposé par le cocontractant).

Plus de news business :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici