Retraite en Suisse : vos différentes options

AccueilEconomies et FinancesRetraite en Suisse : vos différentes options

Le système de retraite suisse est relativement simple. Il repose sur trois piliers : l’assurance vieillesse, la prévoyance professionnelle et la retraite complémentaire individuelle. Le premier pilier concerne tous les actifs. En revanche, les deux autres sont conditionnées respectivement par le salariat et la résidence sur le territoire. Il est donc préférable de prévoir un supplément de revenus. 

Quel est le montant minimum de la pension de retraite en Suisse ?

La retraite en Suisse est associée au système de prévoyance. Par conséquent, ce dernier terme est utilisé pour désigner les régimes de retraite. Le modèle se base sur trois grands piliers :

  • La prévoyance étatique, obligatoire pour tous les profils ;
  • La prévoyance professionnelle, consacrée aux salariés ;
  • La prévoyance individuelle, facultative et dédiée aux résidents.

Le 1er pilier inclut l’AVS (assurance vieillesse et survivants), l’AI (assurance invalidité et prestations complémentaires) et l’APG (allocation pour perte de gain). L’AVS est la couverture minimale pour les retraités. Pour cette assurance, le minimum vieillesse est fixé à 1 185 francs suisses par mois, soit environ 1 103 euros. Le 3eme pilier est dans ce cas indispensable pour conserver votre niveau de vie. 

D’autre part, l’AVS, l’AI et l’APG sont financées grâce au système par répartition. La population active alimente donc les caisses de retraite. Les autres piliers s’appuient, de leur côté, sur la capitalisation des cotisations. Avec le 2eme pilier, les versements sont effectués par les assurés et les employeurs. 

À quel âge peut-on la toucher ?

Contrairement à la retraite en Belgique, le système helvète prend en compte le genre pour définir l’âge de cessation d’activité. La Suisse a ainsi fixé l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes. 

En théorie, vous ne pouvez percevoir votre rente AVS qu’à partir de l’âge mentionné. Vous devez par ailleurs comptabiliser 44 ans d’activité professionnelle. Dans la pratique, ce second point permet aux personnes commençant leurs carrières très jeunes de partir à la retraite plus tôt. 

La retraite anticipée concerne surtout les métiers physiquement éprouvants et ayant un âge minimum d’embauche faible. Ces activités permettent donc au travailleur de bénéficier précocement d’une carrière longue. Le phénomène est assez courant dans la marine, les cuisines, les ateliers, etc. 

Quel est le montant minimum de la pension de retraite en Suisse ?
Par Daniel Myjones / Shutterstock

Comment se calcule la retraite en Suisse ?

Le montant de la retraite en Suisse représente la somme des capitaux issus des trois piliers pour les salariés résidents. En revanche, le 2eme pilier est d’emblée exclu pour les indépendants. Tous les assurés doivent cependant cotiser 44 ans (132 trimestres) pour toucher une retraite à taux plein. 

Pour connaître votre pension AVS, commencez par ajuster le montant total de vos revenus avec le facteur de revalorisation. Vous trouverez cet indice lié à l’inflation sur le site Web de l’OFAS (Office fédéral des assurances sociales). Ensuite :

  • Divisez le revenu revalorisé par les années de cotisations ;
  • Calculez la moyenne annuelle du bonus éducatif ou assistance ;
  • Additionnez le bonus et le revenu moyen annuel ;
  • Arrondissez le résultat à la valeur proche sur l’échelle 44 de l’AVS.
Comment se calcule la retraite en Suisse ?
Par prasit2512 / Shutterstock

Comment compléter sa pension suisse ?

Les assurés touchent généralement 60 % de leur dernier revenu en additionnant les deux premiers piliers de la retraite en Suisse. Le complément de pension est donc nécessaire pour maintenir votre niveau de vie après la retraite. Le troisième pilier permet justement d’atténuer cette baisse de ressources. 

Dans ce domaine, vous pouvez choisir entre les produits bancaires dédiés et les polices d’assurance-vie. Le montant obtenu dépendra toutefois de l’option privilégiée (3A ou 3B) et du rendement du contrat. Les versements 3A permettent notamment de bénéficier d’une déduction sur le revenu imposable. 

La prévoyance libre (ou 3B), pour sa part, offre plus de flexibilité par rapport à la période de détention minimum. Vous disposez ainsi d’une épargne plus liquide, utile en cas d’urgence. Enfin, une société d’assurance peut intégrer diverses garanties au contrat. Vous pourrez donc y ajouter une couverture décès ou incapacité de gain.

Image de couverture Par Jerome.Romme / Shutterstock

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez les dernières nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici