“La réception de la lumière est une grande inconnue que personne ne comprend “, a déclaré le ministre Ribera.

Le Conseil des ministres a approuvé aujourd’hui un décret-loi royal sur les mesures urgentes pour la transition énergétique, qui comprennent des mesures de choc telles que l’extension du lien social électrique, la création d’un autre lien thermique, l’amélioration de l’information contenue dans la facture d’électricité, la promotion de l’autoconsommation d’électricité et la suspension de l’impôt de 7% sur la production de courant.

La ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera, a souligné la nécessité de cette réforme car ” elle est essentielle dans ce moment économique et social, et aura un caractère et une conjoncture immédiats dans certains cas.

Prime sociale à l’électricité

Les conditions d’accès au bonus social électrique (25% de réduction sur le montant final) sont également étendues aux ménages où réside au moins une personne ayant un taux d’incapacité de 33% ou plus. De même, il s’applique lorsqu’au moins une personne dépendante de degré II et III vit dans le logement. Le décret-loi royal interdit de couper les fournitures dans les foyers couverts par le lien social où vit au moins un enfant de moins de 16 ans. Le seuil de revenu maximum pour qu’une famille monoparentale puisse bénéficier de l’allocation sociale sera augmenté de 0,5 fois l’Iprem pour les familles biparentales.

Les limites de consommation d’énergie actualisée sont étendues de 15% avec deux objectifs : compenser les hausses de prix et se rapprocher de la consommation réelle des ménages les plus vulnérables. De même, le calcul de la consommation annuelle avec droit à l’escompte qui a été réglé chaque mois est rendu plus flexible. Maintenant, l’énergie avec le droit à une remise non consommée un mois, peut être utilisée à un autre moment. Cela facilite la protection des ménages pendant les mois de forte consommation, qui correspondent généralement aux mois de basses températures.

Le règlement approuvé aujourd’hui étend également le délai de renouvellement du lien social électrique aux consommateurs qui étaient couverts par l’ancien lien social, dont la période de renouvellement a pris fin le 8 octobre prochain. La nouvelle date limite est le 31 décembre. Ainsi, la personne qui demande le renouvellement du bon après le 8 octobre et qui remplit les conditions requises ne sera pas interrompue dans l’accès à la réduction.

Prime sociale thermique

Le lien social thermique (LST) est créé, dont bénéficieront les mêmes consommateurs qui ont le lien social électrique pendant les mois d’hiver. Le ministre a annoncé qu’ils construisent “une stratégie nationale” sur le lien social dans lequel le critère du revenu sera déterminant.

Il s’agit d’une aide financière directe aux ménages vulnérables pour couvrir leurs frais de chauffage, d’eau chaude ou de cuisson cet hiver, quel que soit le combustible qu’ils utilisent.

La BST sera reçue cet hiver par les ménages couverts par la prime sociale à l’électricité le 31 décembre 2018. Tout consommateur qui remplit les conditions d’accès au titre social électrique et qui a introduit sa demande avant cette date recevra le titre électrique et le bon de chauffage.

Le montant de la BST dépendra du montant inscrit chaque année au budget de l’État et du nombre de bénéficiaires du lien social électrique au 31 décembre. Le montant de cette aide dépendra du fait que le consommateur soit vulnérable ou gravement vulnérable et de la zone climatique dans laquelle se trouve la localité où réside le bénéficiaire.

A titre de référence, avec un budget de 100 millions d’euros et si le nombre de bénéficiaires de l’obligation électrique au 31 décembre était de 1,5 million, les montants de l’obligation iraient d’un minimum de 25 euros (pour le consommateur vulnérable en zone chaude) à un maximum de 130 euros (pour le consommateur vulnérable sévère dans une zone très froide).

Changements de puissance

Le décret-loi royal contient des mesures visant à renforcer la protection de l’ensemble des consommateurs d’électricité, ce qui permettra d’optimiser l’engagement de cette fourniture et de réduire la facture électrique. Si un compteur numérique est disponible, la puissance peut être contractée par multiples de 0,1 pour l’ajuster exactement aux besoins de consommation. Jusqu’à présent, les étapes de la contraction de puissance étaient de 1,1 kilowatts. Si l’on tient compte du fait qu’au dernier trimestre de 2017, près de 40 % des ménages avaient une puissance sous contrat comprise entre 4 et 6 kilowatts, il existe une marge d’ajustement et donc d’économie et d’efficacité dans la consommation. Par exemple, un changement de puissance de 0,5 kW – de 4,6 à 4,1 kW – pourrait entraîner une économie annuelle de 26 euros dans un ménage type, où vivent quatre personnes.

En outre, à chaque période de facturation, les détaillants doivent inclure dans la facture de chaque consommateur qui a contracté un pvpc le montant auquel il aurait eu droit s’il avait appliqué un taux horaire discriminatoire auquel il peut avoir accès.

Les analyses indiquent que le simple changement peut générer des économies qui, dans de nombreux cas, peuvent dépasser 20 euros par an, et même plus si des habitudes de consommation efficaces sont adoptées. En effet, sept utilisateurs sur dix qui optent pour ce système de tarification tiennent compte de la répartition entre les périodes de tarification pour leurs décisions de consommation, selon le ministère.

Teresa Ribera a également annoncé d’autres mesures de protection des consommateurs, telles que l’interdiction pour les compagnies d’électricité de chercher des clients porte-à-porte, ainsi que le renforcement des sanctions pour les commerçants qui ne respectent pas la législation. À ce stade, il a dit que “nous devons améliorer l’information donnée dans les recettes de la lumière, cette grande inconnue que personne ne comprend.

Autoconsommation

Cependant, les mesures qui ont généré “plus de satisfaction” chez le ministre ont été la suppression de “l’absurdité” imposée au soleil dans l’autoconsommation qui a été fixée il y a seulement trois ans. Le droit à l’autoconsommation partagée par un ou plusieurs consommateurs est reconnu, ce qui permettra de réaliser des économies d’échelle ; et le droit à l’autoconsommation d’énergie électrique sans péage ni frais est reconnu. M. Ribera a souligné que les obstacles bureaucratiques seraient éliminés en simplifiant les procédures administratives et techniques. “Il n’est pas logique qu’il n’y ait qu’un millier d’installations d’autoconsommation en Espagne et un million en Allemagne “, a-t-il dit.

Il y aura également des mesures visant à promouvoir la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables et a confirmé la suspension, pour six mois seulement, de la taxe de 7% sur la production d’électricité fixée par le gouvernement de Mariano Rajoy en 2012, “ce qui signifie une économie sur la facture d’électricité de 4%. Deuxièmement, une exonération est introduite dans la taxe spéciale sur les hydrocarbures pour désactiver ce que l’on appelle le cent vert.

Diminution des recettes fiscales

Afin de garantir que la baisse des recettes fiscales découlant des mesures susmentionnées ne compromette pas la viabilité du système électrique, la limite maximale des recettes provenant de la mise aux enchères des droits d’émission de gaz à effet de serre transférés annuellement au système électrique est portée à 2018, qui représentait jusqu’à présent 90% des recettes totales, avec un maximum de 450 millions par an.

Enfin, afin de renforcer encore la viabilité financière du système électrique – ce qui, en résumé, équivaut à garantir que les péages et redevances payés par les consommateurs ne doivent pas être augmentés -, il est possible que l’excédent accumulé des recettes du secteur de l’électricité puisse être appliqué aux désalignements des recettes et des dépenses qui pourraient survenir en 2018 et 2019.

L'actualiéts :

Laisser un commentaire