Lundi, tout recommence. Encárelo sachant à l’avance quels sont les événements les plus importants prévus pour la semaine qui commence. Politique et économie de l’Espagne, de l’Europe et du monde

Au moment où vous lisez ces lignes, les pays de la zone euro devraient remettre à la Commission européenne les grandes lignes de leur budget 2019.

Le plus gros problème est le budget italien : le gouvernement Lega y 5 Stelle prévoit de tripler le déficit précédemment convenu avec l’UE, à 2,4%. Ces dernières semaines, la prime de risque italienne a grimpé en flèche, mais le gouvernement italien est intéressé par un conflit avec Bruxelles, qu’il présente comme la cause de tous les maux de son pays. La commission doit trouver un équilibre entre la responsabilité fiscale et ne pas encourager les populistes au début de la campagne pour les élections européennes de mai 2019. Mais, en tout état de cause, la crise italienne pourrait exacerber l’instabilité des marchés qui ont été volatils ces derniers jours.

Le budget espagnol respecte apparemment les paramètres convenus avec la Commission. Mais les chiffres du côté des revenus ne sont pas clairs.

Ensuite, il y a Brexit : le mercredi 17, les 27 se réunissent au Conseil européen pour voir comment les négociations entre le Royaume-Uni et l’UE, qui ont progressé plus rapidement ces dernières semaines, progressent. Il est probable qu’après cette réunion, un sommet spécial sera convoqué en novembre pour sceller un accord qui devra ensuite être approuvé par le Parlement britannique, ce qui ne sera pas facile du tout. Il est toujours possible que Brexit se produise sans accord et soit encore plus chaotique que les négociations ne l’ont été. Quoi qu’il en soit, ce sera le 29 mars.

Lundi 15

  • Date limite pour que les gouvernements de la zone euro remettent leurs orientations budgétaires 2019 à la Commission européenne.
  • Les résultats des élections dans le Land allemand de Bavière sont connus. Les premières données montrent que le CSU – le parti conservateur qui a traditionnellement obtenu la majorité absolue dans la région et gouverne l’Allemagne en coalition avec le parti de Mme Merkel et les sociaux-démocrates – est tombé, mais reste de loin le premier parti. Le DOCUP est tombé en quatrième position. Les deux peuvent être interprétées comme une punition pour la Grande Coalition de Merkel et une menace à sa continuité. L’extrême droite, comme on peut s’y attendre, entrera dans la chambre régionale avec environ 10% des voix, et les Verts deviendront la référence de la gauche.
  • L’évolution mensuelle des ventes au détail aux États-Unis est annoncée à un moment où, bien que l’économie du pays demeure forte, les marchés sont profondément modifiés.

Mardi 16

  • Le Congrès débat de la loi du PSOE sur l’égalité en matière d’emploi des femmes. Elle propose d’imposer des amendes aux entreprises qui ne facilitent pas la conciliation, qui résilient un contrat pendant la grossesse ou qui n’ont pas de femmes dans leurs postes de direction.
  • La première initiative enregistrée par le PP depuis que Pablo Casado a obtenu sa présidence fait également l’objet d’un débat : une réforme de la loi électorale pour que la liste la plus votée gouverne les conseils municipaux.
  • Pour sa part, United We Can a proposé la création d’une banque publique autour de Bankia et de l’Institut officiel de crédit, qui sera également débattue en plénière.
  • Le ZEW, l’un des principaux instituts de recherche économique d’Europe, basé à Mannheim, en Allemagne, publie deux données pertinentes : le climat économique en Allemagne (qui devrait s’améliorer légèrement) et celui de la zone euro (qui devrait s’aggraver).
  • L’Italie publie son indice annuel des prix à la consommation harmonisés. Le chiffre précédent était de 1,6 %. Tout ce qui concerne l’économie italienne sera suivi avec une attention particulière cette semaine.

Mercredi 17

  • Dîner de travail au Conseil européen avec un seul point à l’ordre du jour : Brexit. En ce qui concerne l’Espagne – qui dispose d’un droit de veto – les négociations bilatérales avec le Royaume-Uni sur Gibraltar ont progressé positivement ces derniers jours, mais n’ont pas abouti. Un principe d’accord général est envisagé, mais il est encore incertain.
  • La Banque centrale européenne publie l’indice annuel harmonisé des prix à la consommation pour la zone euro. Le dernier chiffre était de 0,9 %.
  • Le Banco de España publie des données sur la dette publique conformément au Protocole sur les déficits excessifs.
  • La ministre de l’Économie, Nadia Calviño, comparaît devant la Commission de l’économie et des affaires du Sénat pour expliquer les grandes lignes des politiques de son ministère.

Jeudi 18 septembre

  • Réunion du Conseil de l’Union européenne. Outre les préoccupations concernant la perte de la qualité démocratique en Pologne et en Hongrie, trois questions principales sont à l’ordre du jour : l’immigration (ou comment renforcer les frontières extérieures de l’Union), la sécurité intérieure (essentiellement face aux cyberattaques) et les relations internationales (ou comment limiter l’ingérence russe). D’autre part, la réforme de l’euro, toujours reportée, sera abordée.

Vendredi 19

  • La Chine publie son PIB – le chiffre précédent était de 6,7% ; la prévision de 6,5% – et sa production industrielle – le chiffre précédent était de 6,1% ; la prévision de 5,7% – en glissement annuel. Il s’agira de données clés pour voir si la guerre commerciale avec les États-Unis a des conséquences sur l’économie du pays, ce que les autorités chinoises écartent pour l’instant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici